– 3 livres qui ont changĂ© ma vie


 ou le choix de Sophie.

Enfin, on est quand mĂȘme loin de devoir choisir entre nos deux enfants Ă  Auchswitz.

Oui, parce que c’est Ă  ça qu’on fait rĂ©fĂ©rence quand on dit : “Aaaaah
 le choix de Sophie” d’un air entendu. Du roman du mĂȘme nom.

Mais ne vous en faites pas. Celui-là, on n’en parlera pas.

Emoticone qui roule des yeux

Il a quand fallu se creuser la tĂȘte pour n’en retenir que trois.

D’ailleurs, c’est pour ça que je n’ai pas dit : “Les 3 livres qui ont changĂ© ma vie”.

Bam, le poids de l’article. (ATTENTION ! GRAMMAIRE !)

"Warning" rouge qui clignote sur fond noir

Mais quoiqu’il en soit…

Pourquoi trois livres absolument ? Parce que j’ai dĂ©cidĂ© de participer au recensement “Les 3 livres qui ont changĂ© ma vie”. Du blog du mĂȘme nom : Des Livres pour changer de vie. PlutĂŽt bon blog. J’aime particuliĂšrement l’article sur l‘Art subtil de s’en foutre.

Revenons Ă  nos moutons.

Mes trois livres font comprendre beaucoup de choses.

Du genre que globalement le travail a évolué. Favorablement.

Peu importe les combats qu’on mĂšne au boulot, on est pas trop mal. Dans l’ensemble.

Et évidemment on en revient à cette rÚgle trÚÚÚs importante en sociologie : on voit large, on pense collectif. On prend de la hauteur et on regarde le tout.

Vu d’en haut. Ajustez vos lunettes.

Ajuster ses jumelles

D’abord, on va plonger dans la vie d’un village en pleine RĂ©volution Industrielle.

Puis, on frîlera la limite entre bonne et mauvaise folie en famille. C’est drîle. Je vous jure.

Enfin, ce sera le retour Ă  la terre avec Manu. On partira de la banlieue parisienne pour s’installer Ă  la campagne. Choc culturel. DĂ©licieux. Et c’est une BD !

————-

Mon premier livre : Travail  – Emile Zola

Couverture de Travail de Zola

Ça en impose. C’est le cĂŽtĂ© Zola.

DĂ©passez ce premier choc.

Oui la littĂ©rature peut ĂȘtre abordable !

Emoticone qui doute

Je vais vous donner une astuce pour prendre du plaisir Ă  lire :

Quand le passage ne vous plaĂźt pas, il faut avancer en mode rapide.

Feuilletez le livre jusqu’à ce que votre Ɠil s’arrĂȘte sur quelque chose. Reprenez la lecture. Vous verrez ça marche.

Et si vous avez loupé quelque chose de primordial, vous le saurez.

Sinon, vous n’avez que le cĂŽtĂ© cool du bouquin. Exit les descriptions qui durent trois plombes.

Emoticone bouchon etrangleur

Et si ça vous gonfle vraiment, le livre n’est pas pour vous.

Donc Zola
 Formidable bonhomme.

Ce que j’aime chez lui, c’est qu’il attache une grande importance Ă  raconter fidĂšlement la rĂ©alitĂ©. Il veut donner une photographie Ă  l’instant T Ă  son lecteur.

Son public cible ? La classe ouvriĂšre. A l’Ă©poque des dĂ©buts de l’industrialisation.

Zola est engagé et ça balance. Franchement, big fan.

Il entame un gros travail d’Ă©criture en 1898. L’objectif, c’est de sortir 4 livres pour former “Les Quatre Evangiles”.

Sous forme de romans. Ne vous inquiĂ©tez pas, y’a une vraie histoire.

Emoticone qui s'evanouit

Les 3 premiers tomes : FĂ©conditĂ©, Travail et VĂ©ritĂ© sont publiĂ©s. Finalement, Zola meurt pendant l’Ă©criture du dernier tome : Justice. On est en 1902.

Vous l’aurez compris, c’est Travail qui nous intĂ©resse ici.

Tout au long du livre, on suit l’histoire de la petite ville de Beauclair. En fait, on assiste Ă  la vie des habitants au travers des yeux de Luc Froment.

C’est lui notre homme. Luc.

On lui colle aux basques et on fait tout avec lui. Alors bien sĂ»r, on s’attache aux gens.

Zola parvient trĂšs bien Ă  nous projeter dans leur peau, leur Ă©poque et leur quotidien.

Du coup, Travail est un livre en deux temps :

  • D’abord, on s’imprĂšgne des personnages et de l’ambiance. Les problĂšmes Ă©conomiques et sociaux de l’Ă©poque s’imposent d’eux-mĂȘmes. Parce qu’on est vraiment dedans. On assiste Ă  toutes les dĂ©cisions de gestion de l’AbĂźme.

Ouais. C’est le nom de l’industrie dans le bouquin. Tout est dit.

Mouche qui vole sous nos yeux
  • Puis, l’histoire prend un virage. Zola entre plus profondĂ©ment dans la fiction et met en scĂšne la rĂ©organisation de tout le village de Beauclair. Il invente une nouvelle maniĂšre de distribuer les richesses. C’est du communisme, Ă©mergence de son Ă©poque avec Karl Marx. C’est ça qui est magique !
Emoticone motus et bouche cousue

Bref, gros visionnaire.

Je n’en dit pas plus. No spoilers.

Sachez seulement que Travail de Zola m’a fait voir la vie d’entreprise et le mĂ©tier autrement.

Parce qu’on fait forcĂ©ment le parallĂšle avec notre vie et ce qu’on connaĂźt du travail.

Si ça vous intĂ©resse, dites-le moi dans les commentaires. Je pourrai faire une vidĂ©o pour vous raconter l’histoire. Et vous dire ce qui me passe par la tĂȘte quand je lis le livre.

Vous pouvez aussi trouver la version pdf de Travail sur le net.

Domaine public oblige.

————-

Mon deuxiĂšme livre : En attendant Bojangles – Olivier Bourdeaut

Couverture d'en attendant Bojangles d'Olivier Bourdeaut

Rien Ă  voir avec Zola.

On entre ici dans un monde fantasque. Au fond, c’est au sujet de l’amour fou.

C’est l’histoire d’une famille. Ils sont trois. La mĂšre, le pĂšre et le fis.

Ou plutÎt quatre avec leur autruche, Madame Superfétatoire. Oui, une vraie autruche.

La vie est une fĂȘte dans cette famille.

On danse, on rit, on s’aime. Puis, Ă  un moment, on rit moins.

Charmant livre. Il se dĂ©vore du dĂ©but Ă  la fin et il n’en reste pas une miette. Il fait partie de ces livres… Vous savez ceux qui font que lorsqu’on les a terminĂ©, on ne peut rien lire d’autre pendant un moment.

C’est un livre qui nous marque. Qui nous rappelle que la vie a un goĂ»t.

Et que la frontiĂšre est mince. Entre une bonne pĂȘche et un brugnon pourri.

Emoticone dans un bocal

Je poste un extrait pour que vous vous fassiez une idée :

[ Dialogue entre le pĂšre et la mĂšre ]

” – Pauline, oĂč sont mes espadrilles ?

Et Maman répondait :

– À la poubelle, Georges ! C’est encore lĂ  qu’elles vous vont le mieux !

Et Maman lui lançait :

– Georges, n’oubliez pas votre bĂȘtise, on en a toujours besoin !

Et mon pÚre répondait :

– Ne vous en faites pas, Hortense, j’ai toujours un double sur moi ! “

Oui, la mÚre a plusieurs prénoms et les parents se vouvoient entre eux. ComplÚtement foutraque.

D’ailleurs, il y a une petite philosophie derriĂšre ce vouvoiement.

[ En parlant de la mĂšre ]

“Elle lui avait appris Ă  vouvoyer tout le monde car elle considĂ©rait le tutoiement comme le meilleur moyen d’ĂȘtre Ă  la merci des gens, elle lui avait dit que le Vous Ă©tait la premiĂšre barriĂšre de sĂ©curitĂ© dans la vie, ainsi qu’une marque de respect qu’on devait Ă  l’humanitĂ© tout entiĂšre. “

On adore. Des petites leçons de vie de ci et de là.

C’est comme si on recevait une dose d’Ă©ducation en mĂȘme temps que le petit garçon.

Fortiche.

Emoticone pouce levé

Allez, c’est d’accord. Un petit dernier pour la route :

[ Un ami des parents qui parle au petit garçon ]

” Mon petit dans la vie, il y a deux catĂ©gories de personnes qu’il faut Ă©viter Ă  tout prix. Les vĂ©gĂ©tariens et les cyclistes professionnels. Les premiers, parce qu’un homme qui refuse de manger une entrecĂŽte a certainement dĂ» ĂȘtre cannibale dans une autre vie. Et les seconds, parce qu’un homme chapeautĂ© d’un suppositoire qui moule grossiĂšrement ses bourses dans un collant fluorescent pour gravir une cĂŽte Ă  bicyclette n’a certainement plus toute sa tĂȘte. Alors, si un jour tu croises un cycliste vĂ©gĂ©tarien, un conseil mon bonhomme, pousse-le trĂšs fort pour gagner du temps et cours trĂšs vite et trĂšs longtemps ! “

Vraiment, je vous le conseille. C’est plein de petites moralitĂ©s. Pour la vie de tous les jours.

Et c’est rĂ©ellement touchant.

Commandez-le pour vous ou pour un proche, c’est un chouette cadeau si vous voulez mon avis 😉 :

————-

Mon troisiĂšme livre : Le retour Ă  la terre  – Manu Larcenet et Jean-Yves Ferri

Couvertures des 6 tomes "Le retour Ă  la terre" de manu Larcenet & Jean-Yves Ferri

Il est toujours mieux de commencer par le tome 1. C’est vrai.

Mais toute la beautĂ© de cet univers, c’est qu’on peut le prendre par n’importe quel bout.

Et ça fait du bien par oĂč que ça passe.

Emoticone qui a faim

Parce qu’on est transportĂ© et qu’on rit de choses simples. Qui nous parlent.

Le personnage principal, c’est Manu Larssinet (pseudo Ă  peine cachĂ© de Manu Larcenet).

C’est un dessinateur citadin qui part s’installer Ă  la campagne. Aux Ravenelles prĂ©cisĂ©ment.

Il déménage avec sa compagne et son chat. On suit son parcours au travers de courtes scénettes de vie. Pleines de charme.

Bon, c’est pas vraiment linĂ©aire. Mais, finalement tout a un rapport.

C’est ce qui fait qu’on est pas obligĂ© obligĂ© de lire tous les tomes dans l’ordre.

On rencontre les habitants des Ravenelles avec Manu. C’est comme un vieux pote.

Si comme moi, vous venez de la campagne, vous allez rire.

Planche l'Apparition du tome 1 - Le retour Ă  la terre

Le dessin est simple, c’est vrai. Et pourtant, on en redemande.

Les personnages sont gĂ©niaux. Parmi tant d’autres, on a Madame Mortemont, la vielle voisine. Qui fait un peu peur et qu’on adore.

Il y a l’Hermitte aussi. Ancien maire dĂ©chu parti en retraite dans le bois suite Ă  un contrĂŽle fiscal. Manu le consulte en tant que psychanalyste.

Moi, ça me fait penser Ă  Lancelot qui s’exile en forĂȘt dans la lĂ©gende du roi Arthur. Deux millions de liens sont possibles avec cette BD.

C’est bargeot et terriblement humoristique.

Du genre :

Emoticone plié de rire

Ce qui est fort, c’est la dose de vĂ©ritĂ©.

Ça aide beaucoup Ă  rĂ©flĂ©chir aux vraies questions de la vie. A ce qui compte en fait.

Et comme tout Ă  l’heure, si vous souhaitez commander un tome (ou plus 🙂 ) :

————-

J’ai davantage parlĂ© de Travail de Zola que des deux autres. Parce que c’est celui qui fait le plus peur. Et qu’il faut sortir de sa zone de confort.

En attendant Bojangles et Le retour Ă  la terre, c’est une pause fraĂźcheur dans la canicule de la vie au final. La base pour respirer.

Emoticone détendu

Si vous voulez continuer à respirer avec moi, je me lance dans un défi personnel : la culture qui fait du bien.

Et vous, que diriez-vous si on vous demandait de citer 3 livres qui ont changé votre vie ?

Ă©paisse flĂšche noire vers le bas

Bref, commentez.

Sans complexe.

Pas de chichi entre nous.