– Comment aider un adulte à mieux apprendre ?

Parfois, j’aimerais qu’apprendre soit comme un super pouvoir.

Super héros

Imaginez.

On pourrait retenir toutes les informations qu’on entendrait. Qu’on verrait aussi.

Notre cerveau les stockerait et nous les tiendrait à disposition.

Tout et tout le temps !

Vous pourriez apprendre à boxer rien qu’en regardant une vidéo. Ou vous pourriez apprendre une langue rien qu’en lisant un manuel. Tout dépend de ce qui vous intéresse dans la vie.

Néanmoins, on sait tous que ça ne se passe pas comme ça.

Et qu’avant de devenir le nouveau Mohamed Ali, les poules auront des dents.

Quoiqu’il en soit, à la base de la base : vous devez savoir comment on apprend.

Pour mieux apprendre. Ou pour mieux apprendre quelque chose à quelqu’un. Ou pour les deux en fait.

D’abord, distinguez PÉDAGOGIE et ANDRAGOGIE.

Et là, vous vous dites “mais de quoi parle t-elle ?”.

Par habitude, on fourre tout ce qui est relatif aux situations éducatives dans le sac de la pédagogie.

J’en conviens. C’est plus facile.

Et de toute façon, on ne sait pas trop de quoi on parle.

La pédagogie, c’est un magnifique mot qui englobe tout ce qui est en rapport avec le fait d’enseigner. Et peut-être un peu d’apprendre aussi… enfin on ne sait pas bien.

Et puis, il y a un mot quand on doute. Pé-da-go-gie.

Emoticone qui doute

La pédagogie désigne l’éducation des enfants !

Et oui ! Prenons un élève de 10 ans et appelons-le Lucien. Alors… Lucien reçoit des informations et suit des instructions à l’école (ça vaut même pour chez lui d’ailleurs). En fait, Lucien dépend de l’enseignant et a peu de contrôle sur le processus d’apprentissage. Il est motivé à apprendre par des forces extérieures (famille, tradition, etc.). Comme si quelque part, il fallait faire plaisir et se conformer. Et dans tout ça, Lucien ne voit pas forcément l’avantage immédiat. (Oui, je vous ai entendu hurler en bons défenseurs de l’Education positive.)

Icone signe different

Au contraire, l’apprenant adulte vient avec ses idées fondées sur son expérience.

Laissez-moi vous présenter Annie. Annie est intérimaire dans une industrie manufacturière. Elle est formée par l’ouvrier de référence. De toute la section, c’est vous dire… Et paf, c’est là que ça se passe ! Annie agit avec interdépendance et fait des choix qui influencent son apprentissage. Ça veut dire qu’une dépendance réciproque naît entre l’apprenant, son formateur et ce qu’il transmet. Surtout en situation de travail. Annie est motivée par elle-même et elle peut voir l’avantage immédiat de la formation ! Oui, elle assemblera la pièce demandée sous la supervision de son formateur pour passer à la suivante. L’application immédiate est possible. C’est ce qu’on appelle l’andragogie ou l’éducation des adultes. Parce qu’en fait, un adulte il n’apprend que pour améliorer sa vie. Ça doit lui servir à quelque chose. Un point c’est tout.

Si on résume, l’adulte apprend quand ça concerne sa vie professionnelle ou sa vie quotidienne.

C’est vrai quoi. On ne s’embarrasse pas à apprendre le tricot si ça ne nous intéresse pas ! Alors qu’on apprend tout un tas de choses à l’école dont on ne se servira probablement jamais.

Donc, la mentalité des adultes dans le cadre de la formation est différente de celle des enfants.

Ce qui est top avec les adultes, c’est qu’ils savent qu’on ne peut pas faire n’importe quoi, n’importe comment ni à n’importe quel moment.

Et non ! Bernard ne va pas faire une crise en entreprise parce que son collègue lui a piqué son sandwich à la dinde de Noël. (Et là, on pense à la scène mythique de Ross dans Friends).

Gif Ross avec son patron sandwich dinde mieux apprendre

Les adultes font appel à leurs expériences et à leur vécu pour résoudre bien des problèmes dans le cadre de leur travail.

Bernard sait bien qu’il ne faut pas dire à son patron qu’il a des pellicules. Bernard ne lui dira pas non plus que s’il s’occupait du dossier, le travail serait mieux fait. Non à la place, Bernard tient la porte à son patron. Et lui assure que oui, il relira attentivement le rapport.

Bam. Le poids de l’expérience et de la vie.

La personnalité change selon les rôles qu’on occupe dans la société.

C’est en rapport avec la manière de voir et de faire les choses. Bernard est quelqu’un de ponctuel.

Il est plutôt effacé. Le genre qui a du mal à se positionner avec les gens. Qui sait pas trop comment dire les choses.

Émoticône geek mieux apprendre

Bernard ne supporte pas les retards.

Il pense aussi qu’il vaut mieux imprimer les choses et travailler sur le papier.

Et maintenant, vous vous souvenez d’Annie l’intérimaire ? Annie a choisi sa vie d’intérimaire.

Elle aime la liberté, le risque et l’apprentissage de nouveaux métiers. Parce qu’elle commence à avoir quelques cordes à son arc, Annie ! Elle se fait souvent déborder, et accumule les retards.

Mais depuis peu, elle utilise une super appli qu’on lui a montré. Google Drive. Comme ça, elle accède partout à sa paperasse.

Voilà, c’est tout. Deux individus, deux façons d’appréhender les choses.

Les adultes prennent des risques calculés, ils s’engagent après avoir pesé le pour et le contre.

C’est sûr qu’Annie a calculé le retour sur investissement : elle préfère la souplesse même si elle fait partie du travail précaire, comme ils disent. Elle trouve son compte comme ça.

En revanche, notre petit Lucien n’a pas le choix lui, face aux règles de grammaire ou de mathématiques. Il les apprends et il sera évalué à ce sujet. Parce que Lucien veut passer au niveau supérieur.

Donc, pour revenir aux adultes…

C’est leur motivation qui oriente les choix individuels.

Et notre motivation, c’est quoi ? Banco ! Elle est toujours en rapport avec le fouillis de besoins, de sentiments, d’aspirations et d’attentes qu’on trimbale avec nous.

Émoticône qui traîne son sac mieux apprendre

Retenez les 5 points clés de l’andragogie pour aider un adulte à mieux apprendre.

Grosso modo, souvenez-vous que les adultes :

  • apprennent s’ils en ressentent le besoin.
  • font le lien entre ce qu’ils apprennent et leur expérience (ils deviennent critiques si ce qu’ils apprennent est en contradiction avec leur expérience).
  • apprennent en mettant en pratique ce qui leur est enseigné.
  • n’ont pas toujours un bon rapport avec la formation (mauvais souvenirs d’école, mauvaise expérience précédente…).
  • évaluent la formation en fonction de ce qu’elle leur rapporte.

Voilà. Constater les différences d’apprentissage entre un enfant et un adulte, c’est bien. Le transformer en un schéma cohérent spécifique à son public, c’est mieux.

Si vous avez des exemples… si vous êtes-vous même formateur… ou tout simplement quelqu’un qui transmet son métier… ou même parent… ou encore étudiant… ou que sais-je d’autre ?

Bref, commentez.

Sans complexe.

Pas de chichi entre nous.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.